Rechercher
  • Marielle Trichereau

Domptez vos peurs et booster votre assurance : 3 phases pour 1 émotion

Dernière mise à jour : 25 avr.

J’ai peur de l’échec mais je suis quelqu’un de fort, et hop sous le tapis l’émotion !

Nos peurs sont multiples et variées : peur de manquer, peur de ne plus être aimé, de se sentir rejeté, d’échouer, de réussir…et elles sont parfois bien encombrantes !


Nos émotions (dont la peur) nous habitent, nous envahissent, que nous le voulions ou non elles sont là. Alors quoi en faire ? Faut-il les mettre sous le tapis et terminé, basta on passe à autre chose ?

Faut-il les faire sortir tout de go, sans se poser plus de question ?

Je vous propose un petit tour d’horizon.



Parce que la peur immobilise, travaillons avec nos émotions et non pas contre, pour plus de confiance, plus d'assurance, mode d'emploi.



La peur, une émotion utile


Le mot EMOTION vient du latin MOVERE , ooooh noooon !!! Encore un article intello ! Mais non, pas de panique !! Attendez, vous allez comprendre. Du latin MOVERE donc qui signifie MOUVEMENT.

Petit exemple très concret. Dans des temps reculés, lorsque le mammouth nous coursait à vive allure, nous ressentions de la peur. Grand bien nous fasse, cette peur nous mettait en mouvement afin que nous puissions nous mettre à l’abri, car nous avions besoin de protection.

Une émotion... un besoin, vous voyez ou je veux en venir?



Les émotions nous habitent donc, elles s’incrustent, s’immiscent, sans être réellement conviées. Que nous soyons à la maison, au travail, en sortie, en vacances, bref, on les trimballe partout. Leur arrivée est une réponse instantanée et innée à un déclencheur (événement, situation…), parce que nous les vivons au travers de nos propres filtres d’expériences.


La peur, une émotion personnelle et subjective



gif

Nos peurs ne sont pas celles de nos voisins, nous avons chacun les nôtres en fonction de nos expériences, de ce qui est important pour nous, de ce que nous comprenons de notre environnement. Elles sont donc très subjectives, parfois difficilement compréhensibles pour les autres, voire pour nous même!



En ce qui concerne le mammouth, comme il s’agissait pour nous de survie physique, c’est plutôt parlant. Mais nos peurs sont bien souvent une question de peurs psychologiques plus que de survie réelle (sauf cas ponctuels pour éviter d’écraser la grand-mère qui se jette presque sous vos roues de voiture !)

Et voila le rôle essentiel de l’émotion : se mettre en mouvement selon le contexte et qui l'on est :

  • freiner, se questionner

  • se protéger, se mettre en sécurité

  • éviter le danger,

  • affronter le danger,

  • se donner du courage...


Bon d’accord c’est encore un peu questionnant ! Poursuivons !

Trois étapes fondamentales nous permettent de mieux appréhender nos peurs.


Étape 1 : QUE SE PASSE T-IL EN NOUS ?


En fait nos peurs s’expriment à travers notre corps pour qu’elles deviennent conscientes. C’est donc le premier décryptage. Qu'est ce que je ressens physiquement? Les sueurs froides, le cœur qui galope…C’est bien cette attention particulière au corps qui va nous faire prendre conscience très précisément que l’émotion ressentie est de la peur.


Rien qu’à l’idée de passer à l’action, mon cœur s’emballe, j’ai les mains moites, les pieds poites et les guibolles qui flageolent. C'est la première étape pour rendre consciente la peur.

Vigilance, pour les néophytes, la nuance est parfois ténue entre peur et colère ou entre peur et tristesse, alors entrainez-vous !

Les émotions sont donc de vrais indicateurs, encore faut-il savoir les décrypter.

Prenez du recul au calme, respirez, observez, que se passe t-il à l’intérieur ?

Identifier, c’est amorcer la compréhension, c’est réduire nos tensions. Faites le pont entre ce que vous vivez et ce que vous ressentez.

Accueillez vos ressentis, ne les jugez pas, reconnaissez-les, ils existent, et veulent vous parler de vos besoins.


Étape 2 : DE QUOI AI-JE BESOIN QUAND J’AI PEUR ?


Après ce premier décryptage, partez en quête de vos besoins. De nombreux auteurs dont Damasio, spécialiste de l’intelligence émotionnelle, montrent que nos émotions désagréables nous indiquent qu’un besoin n’est pas comblé. Et voici venir c’est la seconde étape : de quoi ai-je besoin ?

Ainsi, la peur correspond à un besoin d’être rassuré.


Globalement, la satisfaction de vos besoins vous permet d’accéder à un état de mieux être, de plénitude. Très concrètement, si vous n’avez rien mangé de la journée, vous pouvez vous sentir agressif, vous faites le lien entre ce que vous vivez (absence de nourriture) et ce que vous ressentez (agressivité), vous identifiez votre besoin, vous comblez votre besoin, et l’affaire est faite, une fois satisfait, le besoin disparait.


Petit exemple concret. Une de mes clientes exprime comment elle est tétanisée en pensant à son projet de créer son entreprise. Nous décryptons, le cœur qui s’emballe, le sol qui se dérobe. C’est un vraie peur de s’engager dans son projet. Elle a donc un besoin de se sentir rassurée. Nous travaillons sur l’identification de ses besoins, elle parvient à en nommer 3 :

  • Avoir davantage d’informations sur ses droits en lien avec le statut de micro entrepreneur.

  • Stabiliser ses ressources financières.

  • Evaluer les dépenses liées à son activité.

La question cruciale de cette étape est : de quoi aurais-je besoin pour calmer mon émotion ? Cette question fait également référence à ce qui la guide dans la vie, ce qui est important, fondamental pour elle. Dans l’exemple ci-dessus, la peur est aussi associée à une mission importante pour elle qui est d’assumer la survie de sa famille.


Étape 3 : PASSER A L'ACTION !


Chacun peut préciser ce qui est en son pouvoir pour satisfaire ses besoins identifiés. C’est la capacité individuelle de se mettre en mouvement pour agir au mieux de ses intérêts.

Les actions face aux peurs peuvent être multiples :

  • Exprimer son besoin aux autres,

  • Faire des recherches,

  • Différer son projet,

  • Modifier son projet,

  • Questionner,

  • Enquêter...

Chacun va vers la solution qui lui est propre

Nos peurs nous immobilisent, nous tétanisent, mais nos ressources sont inépuisables si nos motivations sont réelles et sérieuses.

Dans l'exemple précédent, les actions mises en place par cette femme ont été les suivantes :

  • Réalisation d'un tableau de projection financière, des objectifs financiers à atteindre

  • Etudes et rencontres pour s'informer précisément de ses droits

  • Rencontres avec d'autres entrepreneuses


En fonction de ces démarches, elle pu prendre des décisions plus éclairées et notamment poursuivre son projet en le modulant pour qu'il réponde à ses besoins de sécurité.


Et la boucle est bouclée !


Ces trois étapes permettent de se rassurer, et donc de gagner en confiance. On peut ainsi être plus clairvoyant dans ce que l'on projette, comprendre sous quelles conditions précises nous pouvons avancer avec davantage d'assurance et se sentir beaucoup beaucoup plus serein!

Attention toutefois, les émotions peuvent être diffuses, trompeuses, difficilement identifiables si l'on est seul. Entre la peur et la colère par exemple, les manifestations de l'une peuvent prendre la place des manifestations de l'autre!


N'hésitez pas à vous faire accompagner par une coach certifiée, vous pouvez me contacter au


Plus d'informations ici



N'ayez plus peur! Partagez les expériences de vos peurs ci dessous, pour en faire profiter la communauté. Au plaisir!






17 vues0 commentaire